COUP DE COEUR À LA NR

À lire dans la Nouvelle République, un article de Raphaël Chambriard qui s'est souvenu de ma première exposition. C'était à Tours, il y a presqu'un an. Coup d'oeil dans le rétro...

 

Ces Tourangeaux qui [les] ont marqués en 2017

 

En février 2017, j'exposais pour la première fois mon travail au collodion humide, accueillie rue Colbert par la Galerie Librairie d'Élie et Paul VEYSSIÈRE.

 

Dans l'objectif de verre de Tiphaine Populu

 

"La vieille chambre photographique d'atelier de Tiphaine Populu impressionne autant qu'elle. Cette jeune femme frêle au regard félin, aux longs doigs effilés, semble tout droit échappée d'un livre d'Amélie Nothomb ou d'un film de Tim Burton. Elle a exposé cette année à la galerie Sygma Veyssière.

Cette fille et petite fille de photographes installés à Monts réalise des prises de vue au collodion humide sur plaque de verre. Cette jeune femme éprise de poésie s'est plongée dans des ouvrages techniques et scientifiques pour apprendre seule à faire ses préparations, des mélanges chimiques. Sans chercher à reproduire des clichés à l'ancienne, Tiphaine Populu se prend en photo dans des mises en scène intimistes avec de vieux objets chinés qui se distinguent comme s'ils apparaissaient en relief. Grâce à la magie de la chambre à soufflets, Tiphaine semble lointaine, éthérée, spectrale. Elle-même a le sentiment de se dédoubler pendant la minute de temps de pause. Étonnant et surprenant."

 

Raphaël Chambriard, La Nouvelle République

Un article de Raphaël Chambriard

lien vers l'article